Combattante

Lucie Bertaud débute par la boxe thaïlandaise à 15 ans. Très vite remarquée par les instances fédérales, Lucie décide cependant de s’orienter vers la boxe anglaise qui lui offre plus de perspectives, ainsi que le statut de « sportive de haut niveau ». Très vite, résultats probants (multiple championne de France de Boxe) lui ouvrent les portes de l’INSEP. Elle est alors la seule femme à s’entrainer en sport/étude Boxe aux côtés de l’équipe de France masculine.
Ses vieux démons la rapellent. Elle tente de renouer avec son premier amour : le pied/poing. C'est ainsi qu'elle s'offre un premier titre de championne de France classe A en Kick Boxing. La fédération française de Kick Boxing la repère et lui propose de participer au championnat du monde. Lucie refuse par engagement envers la FFB (fédération française de Boxe anglaise).
La sociétaire du Boxing Beats continue de parcourir le monde à la recherche de titres internationaux en boxe anglaise, la seule discipline qui lui offre de réelles perspectives d'avenir. Sa quête se concrétise en 2007 lorsqu’elle devient championne d’Europe en battant à Vejle (Danemark) la championne du monde Klara Svensson. Lucie met un terme à sa carrière en 2012, après son échec pour les qualifications olympiques. Cette dernière explique à la presse qu' au regard des conditions précaires que lui offre son sport, elle préfère "opter pour la voie de la raison et favoriser sa reconversion professionnelle visant à devenir journaliste.
Durant les deux années suivantes, Lucie Bertaud se trouve un nouveau hobby sportif et participe à la création de la première équipe de football américain féminin. Elle tente même avec sa coéquipière Sarah Charbonneau d’implanter la LFL (célèbre league américaine) en France dans le cadre du plan LFL EUROPE. Après deux saisons et quelques matchs internationaux, Lucie décide devant le manque de perspectives sérieuses de mettre un terme à cette aventure.
En 2014, Lucie Bertaud cotoie de nombreux combattants dans le cadre de son travail. Aussi, elle est de nouveau prise d'une passion dévorante pour les sports de combats. Elle s'essaye dans un premier temps au sambo combat (une alternative française au MMA), et devient très vite championne de France. Puis, elle intègre l’équipe de France de MMA en 2015, et se qualifie pour le championnat du monde amateur de MMA qui se déroule à Las Vegas le 11 juillet 2015 sous les yeux des dirigeants de l'UFC. Lors de ce championnat Lucie devient vice-championne du monde de MMA. "J'ai manqué d'expérience dans ce ce sport qui n'a aboslument rien à voir avec la boxe anglaise, ma displine de prédilection" explique t-elle.
la combattante ne s'avoue pas vaincue et repart au front en avril 2016, mais cette fois-ci elle décide de passer professionnelle en MMA. Son premier combat pro se solde par une victoire écrasante sur Morgan Manfredi la championne d'europe de Jujitsu Brésilien. "Je n'ai pas d'objectif particulier dans cette discipline. Ma carrière est désormais derrière moi. Cela n'est qu'un amusement qui me permet de renouer avec les fortes émotions que j'ai pu ressentir par le passé. J'affrontais en quelque sorte la mort pour lui survivre. Aujourd'hui, je suis une femme en paix et épanouie, qui s'accomplit professionnellement et qui profite de cette situation confortable. Le confort est un luxe. Être passionnée par son travail est un luxe. Je suis heureuse de me lever chasue matin, j'ai l'essentiel." conclut-elle lors d'une interview.